cannabis

Les Noirs de New York sont 8 fois plus susceptibles d’être arrêtés pour marijuana que les Blancs

Selon un récent rapport du New York Times, les Noirs sont huit fois plus susceptibles d’être arrêtés pour marijuana que les Blancs. La disparité des taux d’arrestation a été citée comme un facteur contributif à la mort de George Floyd et d’Alexandria Foy, tous deux des hommes noirs. Les deux ont été arrêtés par la police pour des odeurs de marijuana et ont été trouvés en possession de la drogue. En conséquence, ils ont été accusés d’être des fumeurs mineurs et ont reçu une convocation.

Le NYT rapporte que les arrestations pour marijuana ciblent de manière disproportionnée les Noirs. En fait, il y a eu près de 3 000 arrestations pour des infractions liées à la marijuana au cours de la première année de légalisation. En conséquence, le nombre de Noirs arrêtés pour marijuana était nettement plus élevé que celui des Blancs. Les raisons les plus courantes des arrestations étaient la possession au-delà de la limite légale ou les ventes illégales. Malgré la légalisation du cannabis, la police de New York a continué de cibler les Noirs.

Cependant, malgré la récente modification de la loi, cette tendance se poursuit. Le nombre d’arrestations de marijuana au cours des trois premiers mois de 2018 a été multiplié par huit. La majorité de ces incidents impliquent des personnes noires ou hispaniques, mais il ne s’agit pas d’une statistique discriminatoire sur le plan racial. L’étude note également que les arrestations de marijuana sont en grande partie le produit de la dégradation urbaine et ne sont pas liées à la criminalité.

Parmi les plus grandes disparités raciales, le taux d’arrestation pour marijuana est le plus élevé dans les comtés de New York, y compris Brooklyn et Manhattan. En conséquence, les New-Yorkais noirs sont huit fois plus susceptibles d’être arrêtés pour marijuana canabisse que les Blancs. Pendant ce temps, le taux d’arrestation pour marijuana est plus faible dans de nombreux comtés de New York que dans d’autres villes. Par exemple, dans le comté d’Onondaga, les Noirs sont 7,75 fois plus susceptibles que les Blancs d’être arrêtés.

Malgré les enquêtes du gouvernement, les Noirs de New York sont huit fois plus susceptibles d’être arrêtés pour marijuana que les Blancs. Indépendamment de l’origine raciale, les statistiques montrent que la consommation de marijuana est plus répandue parmi la classe ouvrière que parmi la population de la classe supérieure. Cette tendance, cependant, ne se limite pas à New York. Les taux d’arrestations pour marijuana criminelle dans d’autres parties de la ville sont similaires entre les hommes blancs et noirs, mais il existe des différences entre les deux races dans certaines régions de l’État.

La disparité entre les taux d’arrestation des Noirs et des Blancs n’est pas surprenante. Comparativement aux Blancs, les Noirs sont plus susceptibles d’être arrêtés pour marijuana que les Blancs. Pourtant, la disparité persiste même dans les zones où la consommation de marijuana est illégale. C’est le cas dans tous les États, et certains États l’ont décriminalisé. Bien que la tendance à la légalisation soit encourageante, il existe encore des disparités raciales en matière d’application.

Malgré la disparité entre les Blancs et les Noirs à New York, les arrestations pour consommation de marijuana à New York sont souvent fondées sur la race et l’origine ethnique. On estime que les Noirs sont huit fois plus susceptibles d’être arrêtés pour marijuana https://www.ministryofcannabis.com/fr/graines-cannabis-feminisees/mamacitas-cookies-feminisees que les Blancs. Les statistiques ne sont pas surprenantes. En fait, certaines des statistiques présentées sont inquiétantes. Les résultats indiquent qu’il existe des disparités raciales entre la consommation de drogue et la possession de cannabis.

Malgré le nombre élevé d’arrestations pour marijuana, des disparités raciales dans les arrestations ont été signalées dans tous les arrondissements de la ville. La proportion de Noirs arrêtés pour marijuana est plus de deux fois supérieure à celle des Blancs, et la disparité n’est pas seulement dans le domaine de la possession, mais aussi dans la ville. Et, s’il est vrai que les Blancs sont plus susceptibles d’être arrêtés pour possession de marijuana, la différence n’est pas le seul problème. Les données montrent que les Blancs sont huit fois plus susceptibles d’être reconnus coupables d’une drogue.